Bromazepam

Publié le par Plume Noire

Médicament générique de LEXOMIL



J'ai arrêté de prendre les cachets depuis maintenant un mois....jusqu'à ce soir.

Ouvrir la gueule, mettre le cachet sur la langue, avaler une gorgée d'eau et refermer la bouche. C'est si facile. Pourquoi s'en empêcher dans ce cas? Il est rare de résoudre un problème aussi facilement.

Le Bromazepam - médicament générique de LEXOMIL - est prescrit pour traiter l'anxièté et l'angoisse. Un anti-dépresseur en clair.

Le BROMAZEPAM peut entraîner une dépendance. Il peut avoir comme effets secondaires l
'apparition de sensations ébrieuses, de somnolence ou d'amnésie. En cas de surdosage l'individu se trouve exposé à un éventuel sommeil profond ou à tomber dans un coma.

La facilité à se soigner est au bout de la langue. Celle de se faire du mal est quant à elle juste au bout de la détresse.

Je ne veux pas me faire du mal. J'ai déjà assez mal comme ça. Ce mal là est physique. Je parle bien entendu de mon putain de genou droit. Je ne pense qu'à ça. Ça m'angoisse car j'ai peur que cela empire, que cela ne me pose des problème durant ma scolarité future.

Je suis là, à plier et déplier mon genou, mettant mes mains dessus pour voir où ça coince comme si j'essayais de trouver une solution à un problème mécanique. Seulement je ne suis pas osteopathe, je ne peux pas réparer mon genou tout seul. Je veux un bon kiné capable de m'aider, de faire fonctionner mon genou correctement et de faire disparaître au maximum la douleur permanente. Mais cela ne se fera pas en un jour. Alors en attendant, je choisis de soigner mon esprit tourmenté par toutes ces inquiétudes en prenant des cachets. Je soigne un problème en m'exposant à d'autres problèmes.

Mais j'ai appris une chose.

Le passé ne peut être changé.
Le futur ne peut être prédit.
Seul le présent compte.

Alors je soigne mes problèmes du présent... mais c'est pour mon futur... Foutu contradiction.

Publié dans Emotions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article