Agression (2): Partie 3

Publié le par k|pA

Hôtel de Police



00h35 - Hôtel de Police

Me voila de retour au Commissariat, certificats en main, prêt à déposer en bonne et du forme ma plainte.

Je retrouve mon Sous-Brigadier derrière son comptoir, il m'invite de nouveau à passer le portique de sécurité et de le suivre dans le même bureau.

Je lui fournis les documents nécessaire et je commence ma déposition.

Je raconte d'abord l'histoire dans son intégralité, puis par passage pendant que l'agent de police judiciaire rédige le procès verbal  tout en me posant quelques questions

Une heure complète c'est déroulée.. Un temps qui m'a parut pourtant assez court puisque je me sentais à l'aise dans ce bureau, dans ce commissariat...

Nous sortons de son bureau et il m'invite à patienter encore un peu. il doit faire les photocopies de mes certificats et aller réclamer le réquisitoire afin que je puisse me rendre à l'institut médico-légale pour voir un médecin légiste.

Une demie-heure passe avant de le revoir apparaitre avec tout les papiers en mains.

Nous nous souhaitons mutuellement une bonne fin de nuit et je repars avec mon père qui lui a trouvé le temps très long.

Il m'aura fallut plus de trois heures pour faire toutes ces démarches... C'était la nuit, et les plaignant ne se bousculaient pas. Imaginez en plein jour ce que cela doit donner.

--------------

Le lendemain à 08h00 je me suis donc rendu dans le deuxième hôpital de la ville où se situe l'unité médico-légale. Après avoir tourné en rond pour trouver le bon département médical, nous avons du attendre vingt minutes que cela ouvre, puis un quart d'heure de plus car l'infirmière avait du retard. Bon, le côté positif c'est que le médecin légiste qui m'a examiné était fort sympathique. La "consultation" a durée environs cinq minutes, le temps de lire le certificat médical initial et de constater ma rougeur tout en dictant son rapport sur dictaphone.

Pendant ces cinq minutes,  un homme qui venait d'arriver dans la salle d'attente, voyant le monde qui était déjà là, a déclaré qui voulait passer devant tout le monde car "il n'avait pas que ça à faire"...

Comme si toutes les personnes présente n'avait que ça à faire...comme si elle voulait seulement être présente ici.

Dans ce lieux là, on se sent un peu con quand on est assis à coté d'une femme battu qui a un coquard plus gros que sa joue alors que nous on a juste une rougeur dans l'oeil.

A suivre...



Publié dans Boulot

Commenter cet article